La procrastination quand tu nous tiens

Je n’arrive pas à écrire, depuis des semaines, le prochain article de ce blog. La procrastination me gagne. Certes, j’ai démarré des sujets sur mon téléphone. Parmi eux, certains on pu franchir le copier / coller sur mon logiciel wordpress. Je commence d’ailleurs à avoir une sacrée liste d’articles en statut « brouillon ». Et pourtant, aucune publication réalisée depuis le 15 août  😱.

Alors je me cherche une tonne d’excuses.

« Je n’ai pas le temps » « j’ai eu mon déménagement, c’est normal » «  il y a eu la rentrée des enfants » « ça peut attendre » « Ah mais celui-là n’est pas assez long » « Je trouve que celui n’est vraiment pas bon ». 

Je préfère donc ne rien faire plutôt que de faire un article tout pourri. Et oui, le perfectionnisme est un tueur d’action et donc un allié de la procrastination. Dans un précédent article, j’avais d’ailleurs partagé un de mes mantras :

Je fais toujours de mon mieux sans jamais me mettre de pression

En effet, il était préférable de publier un article imparfait plutôt que d’attendre qu’il soit parfait. Car ce moment pourrait ne jamais arriver ! 

Alors 2 options s’offrent à nous :

  • soit nous essayons de comprendre, de nous écouter et d’identifier nos motivations pour cette tâche. La motivation et la procrastination sont directement liées.
  • soit nous planifions cette tâche comme un rituel et nous nous engageons avec nous-mêmes à la faire. 

Cherchons nos motivations pour stopper la procrastination

Cela semble compliqué mais c’est très simple. Nous allons nous questionner sur la pertinence et l’importance de cette tâche. Notre objectif est de décider si nous gardons cette tâche dans notre to do list ou si nous l’éliminons ! La clé pour stopper la procrastination est d’être M.O.T.I.V.É.E. 

« Cette tâche est-elle vraiment importante pour moi ? » « Pourquoi dois-je faire cette tâche ? » « Est-ce une corvée pour moi ? » « Est-ce que j’y prends réellement du plaisir ? »

À la suite de ce questionnement, vous devez décider. Vous avez toutes les cartes en main. Probablement n’avez-vous pas tous les éléments factuels pour faire un choix. Et c’est exactement ça la différence. Vous devez décider et non faire un choix !

La différence entre une décision et un choix est que dans le cas d’une décision, vous n’avez malheureusement pas tous les éléments et vous devez suivre votre intuition. Alors que pour un choix, vous faites vos colonnes pour et contre et de manière très rationnelle vous choisissez. Malheureusement dans ce monde d’incertitude, la méthode du choix peut nécessiter des mois et années. Il est donc primordial aujourd’hui de se mettre dans une posture « je décide » plutôt que « je choisis ».Charles Pépin en parle très bien dans son livre La confiance en soi.

Si à la fin de ce questionnement, vous sentez ou ressentez que cette tâche n’est pas primordiale. Osez l’éliminer. N’ayez pas peur ! Tout va bien se passer.

Néanmoins, si vous y tenez vraiment à cette tâche mais que vous n’arrivez toujours pas à vous mettre en action alors prenez l’option 2. 

Planifions une tâche comme un rituel dans notre planning 

La seconde option est de planifier votre tâche. Il est important de déterminer le temps que vous souhaitez y accorder. Si c’est une nouvelle tâche, essayez de faire une estimation. Vous rectifiez si cette tâche devient une routine.

Ensuite, vous bloquez un créneau et vous l’écrivez dans votre agenda. Si la tâche est trop grosse, scinder-la en plusieurs tâches ! Le fait de l’écrire donne plus de poids à cette tâche et vous engage clairement à la faire. Pensez à la satisfaction que vous aurez quand vous aurez enfin accompli cette tâche.

J’utilisais cette méthode quand j’étais salariée pour toutes les tâches pour lesquelles je procrastinais. Ma journée de télé-travail était consacrée aux tâches « à procrastination ». Généralement, cette méthode est utilisée pour les tâches que nous devons faire mais qui ne nous font pas forcément vibrer à l’instant T.

En effet, croyez-moi que pour les sujets qui vous font vibrer, vous n’avez pas besoin de planifier. Vous y accordez facilement du temps et surtout vous ne voyez pas le temps passé. 

Un exemple concret de procrastination

Revenons à un exemple concret avec l’écriture de cet article. Il est un parfait exemple pour lequel les 2 options doivent être utilisées. 

Je n’ai aucun souci à écrire des articles. La liste des articles sur mon téléphone et sur mon logiciel en mode brouillon le prouve bien. En revanche, je n’arrive pas à passer le cap du mode publication. Oui car pour moi, la correction, la mise en forme, trouver des images illustratrices, chercher les mots-clés pour le référencement SEO sur Google ne me mettent pas réellement en joie.

Alors en attendant de pouvoir déléguer cette partie, je vais devoir planifier cette tâche dans mon agenda comme un rituel. Pas trop le choix. Car il est important pour moi de publier des articles car je sais qu’ils peuvent vous aider !!

Cet article m’aura sorti de ma propre procrastination !

J’espère que cet article vous aidera comme il a pu m’aider. En effet, comme j’ai déjà pu l’écrire dans un article, l’écriture est salvatrice et nous aide clairement à trouver les solutions à une multitude de problèmes. La publication de cet article en est bien la preuve !!!

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.