Pourquoi créer un blog ?

Avec ce seul projet de blog, j’accomplis 2 défis : Celui d’oser écrire alors que je suis complexée par mon niveau de rédaction. Je doute encore de ma capacité à structurer mes idées et à faire passer mes messages par écrit. À l’oral, pas de souci mais à l’écrit, c’est un peu plus compliqué. Celui de créer un blog et donc de transformer mes écrits en articles. Alors là, nous sommes face aux regards et aux jugements des autres. Pas toujours facile d’assumer.

Quels ont été mes freins ? Comment surpasser mes complexes et mes doutes ? Pas si facile de se dévoiler. Néanmoins, je souhaite partager mon histoire pour que vous puissiez mieux comprendre la création de ce blog.

Écrire, un rêve d’enfance spolié 

Au collège, le français ça pouvait aller. J’étais très bonne en orthographe car je lisais beaucoup et j’étais dotée d’une bonne logique et d’une excellente mémoire. Mon expression écrite était d’un niveau plus faible. Ça fluctuait au gré des sujets et de mes humeurs. Néanmoins mes 20/20 en orthographe compensaient les notes moyennes en rédaction. Avec du recul, je me dis que j’avais certainement besoin que les professeurs m’aident à mieux structurer mes idées. Car cet exercice reste encore compliqué pour moi aujourd’hui. 

Arrivée au lycée, j’ai eu droit à la fameuse case. « Tu es une vraie scientifique ! » dit avec un réel enthousiasme. Certains professeurs (in)consciemment (je ne le saurais jamais) pensaient que les élèves scientifiques étaient forcément mauvais dans les matières littéraires et vice et versa. Et oui, moi qui suis contre les cases, j’ai accepté que l’on m’y mette. Je n’étais pas encore assez mature pour me rebeller ! J’ai ainsi cumulé les mauvaises notes en français sauf lors des épreuves du bac. Il est vrai que je n’ai jamais vraiment compris comment j’ai pu avoir moins de 10/20 systématiquement pendant 2 ans et obtenir 15/20 au bac écrit. Il faut dire aussi que quand je n’aimais pas les professeurs, la matière qu’ils enseignaient devenait rapidement un sacerdoce pour eux et pour moi !

Écrire, un exutoire 

En revanche, j’ai toujours écrit à différents moments de ma vie. Dans mon enfance, mes écrits étaient consignés dans un journal intime. Puis, plus tard, je me suis essayée à écrire car je rêvais d’être journaliste ou écrivain. Je n’ai pas su persévérer et surtout je ne sentais pas une réelle inspiration. Entre-temps, j’avais aussi réussi à me persuader que je n’étais pas créative.

Enfin, écrire a été mon exutoire et m’a permis de me developper personnellement. J’ai surtout découvert les bienfaits de l’écriture lorsque j’ai lu le célèbre livre « Miracle Morning » et celui des « 3 kifs par jour ». Dès lors, je ne cesse d’écrire. Mes pensées, mes questionnements, mes observations, mes doutes, mes problèmes, mes kifs… J’ai trouvé énormément de solutions juste en écrivant et je continue encore aujourd’hui. 

Écrire pour soi est une chose, être lu en est une autre

Et puis, un jour, je me décide enfin à écrire. Malheureusement à cet instant, sans prévenir, surgit la peur d’être jugée par les autres. Ou même de n’être jamais lu. Comment mon ego pourra-t-il le supporter ? 

J’ai eu l’occasion d’évoquer mon envie d’écrire des articles sur un blog à des amis. Et évidemment, même si ce sont vos amis, ils vous transmettent leurs propres angoisses. « La touloulou, tu dois être forte et ne pas avoir peur des critiques ». Mais moi, je sais que je ne suis pas forte et surtout que je suis hyper susceptible. Quand je vois les déferlements de propos irrespectueux sur les réseaux sociaux (les journalistes n’étant pas en reste), je ne veux pas subir ça. Et surtout je ne le supporterais jamais. Par conséquent ce ne sera vraiment pas pour moi. Alors j’ai simplement abandonné l’idée…

Vaincre mes peurs et avoir confiance en moi

Et puis, le temps aidant, je prends confiance en moi sur d’autres choses. J’ose des choses au quotidien que je n’aurai jamais osé. Le déclic arrive le jour où je crée ma liste de « si c’était simple, qu’est-ce que je ferai ? ». Parmi toutes les actions, celle de créer un blog semblait si facile ! Je me dis naturellement que je pourrai commencer par celle-ci.

Et puis j’en parle à d’autres personnes qui m’encouragent à créer ce fameux blog. Elles me disent que j’ai des choses à dire et que je peux inspirer d’autres personnes. Je n’avais jamais pensé qu’un blog pouvait aider des gens. Et moi qui adore aider les gens. Cela me donne des ailes et me donne le courage de vaincre mes peurs.

Et puis, c’est quoi le risque ?

  • Que personne ne me lise. Je pense que j’aurais au moins ma famille et quelques amis. Ce sera déjà très bien.
  • Que les gens critiquent mes écrits. Je ne pourrais jamais rien faire contre les gens en colère. Je sais que je ne dois pas le prendre personnellement.
  • Que cela me prenne du temps. J’y mettrai le temps que je veux. Je ne suis pas payée alors je fais ce que je veux après tout !

Que puis-je gagner ?

  • Que ces écrits m’accompagnent dans mon développement personnel
  • des feed-back bienveillants qui me permettent d’améliorer mon niveau d’écriture.
  • Être lue par une petite communauté
  • Que mes écrits aident les gens

3 Commentaires

  1. Merci pour ce partage. je comprends cette difficulté de connaître nos talents quand nous sommes enfants. C’est tellement simple de nous mettre dans une case. Ce que je trouve remarquable c’est que tu as réussi à en sortir petit à petit. Je suis certaine que ce blog va t’apporter beaucoup et nous permettra de nous développer personnellement également. Je trouve cela normal que le blog évolue dans le temps. on ne peut pas figer les choses à l’avance. Ce serait triste si le chemin était tout tracé… si ça se trouve nous aussi on va te donner des idées, des envies et du coup on va tout te changer 🙂 j’en suis désolée par avance…. et puis je ne vois pas de « problème » de structuration de données … quand l’envie est là la fluidité arrivera petit à petit…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.